ETUDE N°6 LOOCKHEED ALTAÏR

Cet avion est très élégant. Les carences de construction des premiers essais sont loin et il volera après peu de corrections de structure. Pourtant il marque la fin d’une génération de pratique de l’assemblage ailes fuselage. Les expériences acquises vont déboucher sur un autre système beaucoup plus léger, solide et performant.

CAHIER DES CHARGES DU PROJET.

  • Etude des dimensions de réalisation
  • Essai de moteur très faible consommation
  • Essai de renforcement de jonction ailes fuselage
  • Essai de canibalisation du mannequin du WACCO (2 fois )
  • Essai de renforcement de rigidité d’ailes
  • Essai de commande d’ailerons intégrée sous le fuselage
  • Essai de fixation de verrière par clips
  • Essai de peinture interne
  • Essai de renfort de fixation de train
  • Essai d’amélioration de réalisation de la partie arrière de la queue
  • Essai de peinture sur l’EPP
  • Essai de déco traité par ordinateur

Caractéristiques:

Envergure 94 cm poids en ordre de vol 360 grammes ,moteur personnel de 40 watts(KV faible)

Bilan

Après la période de réglage cet avion se révèle être très performant .Toute la voltige passe, mais c’est un domaine qui ne m’est pas encore accessible. Sur les conseils de Pierrot je vais le garder pour M’amuser quand je serais capable d’en exploiter les ressources. Le KV trop faible de son moteur oblige à avoir une hélice un peu trop grande pour la hauteur de son train, de ce fait Il y aura beaucoup d’accrochage de sol aux décollages et atterrissages. L’utilisation le système de fixation central avec plaque d’appui en aluminium montre ses limites, les roues ne restent pas bien en ligne sur les atterrissage un «peu sévère». Ne pas utiliser de vis nylon trop grosses pour fixer les ailes, c’est trop solide et trop rigide. Les vis de fixation des ailes peuvent servir à fixer le train, mais le système est moins souple en réglage. Cet avion est également réalisé avec le mannequin du WACO, ici encore avec des modifications mineures. Le but visé est que dans le cas de réalisation de semi maquettes la possibilité de s’affranchir de la réalisation de cet outillage, tout en restant assez fidèle, permet de gagner du temps. Cette possibilité très intéressante, ne s’applique pas bien sûr dans le cas d’une construction d’une maquette «exacte». L’aile sera cette fois rigidifiée par le moyen d’un tube de carbone de diamètre 4 mm. Il sera encastré sous l’aile améliorant du coup les lignes d’écoulements de l’extrados.

Les commandes d’ailerons seront placés en action directe ,dans un boîtier placé sous les ailes. Un capot bouteille viendra caréner le tout. La verrière est maintenue uniquement par des languettes encastrées dans des fentes. La forme des languettes à dépouilles contraire, maintient très bien ces accessoires en place quelque soit la vitesse d’évolution. Ce système est à retenir, c’est fiable, très léger ,et cela ne coûte rien .

Les zones de queue arrière sont les parties les plus difficile à réaliser, attention au delta entre le volume à obtenir et la quantité de matière à rétracter. Les gouvernes généreuses de l’empennage sont d’une remarquable efficacité. Il faudra réduire leur débattement et installer une double course avec le dual rate pour avoir deux comportements complètement différents. Sur une position ,peu d’amplitude et des vols tranquilles et sages , la seconde avec des incidences plus fortes produira le lâché des fauves . Pour les pilotes capables de les exploiter, toutes les figures sont possibles. Les peintures internes sont possible sur les bouteilles transparentes. Elles sont plus belles et plus solides, mais plus difficile à réaliser. Attention à la peinture de l’EPP, ce matériau se comporte comme une éponge. Les décoration par ordinateur fonctionnent bien elles se collent bien sur les bouteilles mais doivent être contre collées sur l’EPP

Le moteur à structure inverse généreusement ventilé laisse apparaître les bobinages. Le sauve hélice aura du travail, les jambes de train étant un peu courtes pour le diamètre de l’hélice ( ou l’inverse).

ORIENTATION DES RECHERCHES

C’est la fin d’une époque, j’ai démontré que c’est faisable, mais je ressens le besoin de redéfinir l’objectif. Explorer une autre piste du procédé de rétraction. L’adéquation taille de fuselage, taille des bouteilles ne me donne pas toute la marge d’évolutions que je souhaite. Repenser la conception des servos d’ailerons, ils sont trop exposés en cas de crashs Sévères. Redéfinir avec une approche plus fine la taille idéale du modèle en fonction du lieu d’évolution souhaité. Durant ces premières réalisations j’ai laissé en plan des possibilités entrevues au fil des productions et des essais . Il convient de réfléchir sur l’ensemble de ces opportunités qui n’ont pas été essayées. Modifier les jonctions ailes fuselage, la fixation simultanée du train ne rend pas les opérations de maintenance aisées.

  • Modification des supports moteurs afin d’apporter plus de souplesse dans le démontage .
  • Modification des fixations du capot moteur pour éviter la perte des vis .
  • Ne pas fermer d’options de réalisation. Les ailes en EPP ont une présentation qui ne me convient pas.
  • Sur l’expérience acquise trier les procédés qui ont donnés les meilleurs résultats .
  • Repenser les différentes techniques pour analyser, (après coup) si je ne suis pas passé à coté de quelque chose de trop simple ou évident .
  • Répertorier les techniques qui ne donnent pas satisfaction et noter pourquoi .

L’hélice présente sur cette photo n’est pas la taille qui convient .

Voici un cas d’école d’analyse. le boîtier qui fixe les servos d’ailerons est fixé sous les ailes. Un cache vient habiller l’ensemble. Ce système fonctionne parfaitement. Les incidents de vols subit par cet avion ont été du niveau de ses prédécesseurs (mais moins que le mig ). Après plus de 50 heures de vol je n’aurai logiquement rien à redire sur cet équipement , mais...

Il ne fait pas assez maquette (encore faut-il le savoir). Je ne veux pas fermer la possibilité de réaliser des maquettes exactes. Et surtout il ne va pas faire «le poids » sur la résistance que j’attends de mes futurs avions à cause d’une petite idée qui me trotte dans la tête. Je souhaite faire des avions spectacles ( revoir l’article du DEFI). Ce système ne supportera pas des crashs volontaires et répétés... Donc il faudra revoir la copie et trouver des montages autrement plus fiables.

Remettre en cause quelque chose qui ne marche pas, c'est logique, mais remettre en cause quelque chose qui marche !! Peut paraître inutile ou superflu. Changer quelque chose parce que ça risque de na pas tenir est de la prudence