INDEX DES AVIONS EN BOUTEILLES

Sur ce site, je vous raconter l’histoire de mes élucubrations, concernant le hobby que je me suis concocté pour meubler ma retraite: tenter de réaliser des maquettes d’avions en utilisant de vieilles bouteilles d’eau en plastique (de préférence) .

Votre première pensée logique est:« qu’est ce que c’est que ce Charlot»... C'est généralement la réaction. Vous trouvez ensuite que c'est impossible et que le choix du matériau est pour le moins …«exotique». Vous êtes en droit …légitime, de vous poser des questions, quant à la consistance de l’expérience. Quels sont les éléments qui me permettent de vous présenter des faits, que je certifie comme valides.

Nous sommes en janvier 2014, lorsque j’écris cet article et j’ai maintenant 8 ans de recherches et d’expériences. Je pense qu’un petit aperçu des réalisations effectuées, vous persuadera de la réalité de mes arguments.

J’ai classé les clichés dans un ordre à peu près chronologique. Je précise :« à peu près», pour la raison simple que certains appareils ont été construits sur de longues périodes. Il fallait inventer les solutions qui me permettaient de les finir. …...Internet ne me donnait pas les idées. Vous constaterez que pour des raisons de volume de fichier je n’ai pu mettre qu’un petit commentaire à chaque photo, qu'il m'a fallut deux fichiers et que nous sommes bien loin de l’image d’une bouteille.

 Je n’ai pas toujours photographié les avions au moment de leur finition. Au su des multiples outrages que nous leur faisons subir, certains ont une peinture, que l’on pourra sans problème qualifiée de ….défraîchie..... C’est la preuve que ce ne sont pas des avions de «placard».

Mais passons plutôt au vif du sujet qui montre bien la progression de la technique bouteilles.

N°1…2005… YAKA 1 le premier d’une longue série de délires.

Que de défauts relatifs aux ailes et aux équipements, mais quelle solidité extraordinaire a pu être remarquée.

Pourquoi YAKA ? C’est simple, c'est pour Y A qu'A essayer de le faire.

Son fuselage servira à créer le YAKA école, il vole toujours.(voir vidéo)

Les YAKA sont des modèles réduits de recherche de solutions techniques. Je leur ferai souvent une finition, car pour ça aussi,  il faut trouver les moyens du «comment faire».

Comme beaucoup d'avions me font envie, ces réalisations seront souvent des «semi maquettes» où la pertinence du «ce qu'il est possible pour le moment», sera plus importante que la fidélité au modèle.

N°2…2005… YAKA 2

Il va me permettre de me venger des paniers de basket qui avaient pris la mauvaise habitude de se ranger n’importe comment dans le gymnase : Non mais enfin! Lui aussi est toujours en état de vol. Vous percevez bien que le «ce qu'il est possible de réaliser maintenant» …..n'était pas extraordinaire au début. Mais prenez conscience que celà remplaçait les boites à voler en Dépron, qui n'étaient guère plus présentables.

 
N°3…2006… Grand YAKA
.

La pose de votre serviteur vous permet de vous rendre compte des dimensions des avions de cette époque. Cet appareil d'un mètre d'envergure, va me permettre d’améliorer considérablement mon pilotage Ouais! quoique! ……si... quand même!  GRAND YAKA avait reçu un moteur «maison», il me permettait de voler 2 heures 30 avec un accu lipo de 1600 ma. Depuis quelques années il fait le bonheur du fils d’un de mes disciples près de BOUIN.  En janvier 2014, date, où j’écris cet article, l’éventail des possibilités a beaucoup évolué. Les plus petits avions en bouteilles font 45cm, c'est le domaine de Serge, et le plus grand est en construction, c’est un planeur de 5 m précisément construit par Joseph dans les marais de BOUIN.

PS: vous noterez bien que je n’ai pas choisi... au hasard ….une photo de 2014!…….

.Yaka école

N°4…2006… YAKA ECOLE (4)

Cet avion avait pour moi un grave défaut, il volait tout seul, je prenais un peu….NON, beaucoup trop confiance en moi. Le résultat ne se faisait pas attendre: les arbres, les marais, les rochers de Brignogan (avec l’eau de mer en prime bien sûr), les toitures …enfin tout ce qui pouvait m’emm… il trouvait le moyen d’y parvenir. (voir la vidéo) Une vrai saleté … mais sans aucun dégât et volant si lentement et avec tant de poésie que j’étais bien obligé de lui pardonner. Les traces des mauvais traitements sont bien visibles sur ce cliché, et il vole toujours. J’ai arrêté de comptabiliser ses heures de vol à 463.

 

N°5…2006… WACO N°1

Le rêve pousse à sauter les étapes!...........la réalité nous fait toujours poser un pied après l'autre.

Un pointillé cet avion,  j’ai commencé par réaliser 2 ensembles J’en ai monté un. A peine essayé, il est aussitôt démonté pour modifications. Le rendu esthétique ne me convenait pas. Il va rester en chantier longtemps, repris puis arrêté et ainsi de suite!......Ce sera un semi Yaka. Le second modèle sera confié à Joseph qui le mettra en service de son coté avec beaucoup de bons vols. Aujourd’hui il a profondément été remanié, ( le mien) et devrait voler prochainement en indoor. Il aura servi souvent de modèle de tests et d’essais de nouvelles techniques.


N°6…2006… MIG 3 version 1

Je dois reconnaître qu’après les DUMBOS c’est probablement cet avion qui aura jusqu'à ce jour (2014) le plus souffert. Des erreurs de jeunesse (oh!…çà ,c’est sympa!), des pannes électroniques intermittentes du contrôleur non détectées, des carences de pilotage, des vols quelque soit la météo, tout ce qu’il faut ne pas faire, il y aura droit. Plus de 120 crashs type poireau seront à son palmarès. La partie avant sera changée au 85° Il permettra de constater que les réparations avec cette technique sont simples, rapides, efficaces et gratuites..


N°7…2006… ALTAIR LOOCKHEED

Cet avion passe toute la voltige dans les doigts de bons pilotes. Des améliorations concernant le rendu maquette commencent à être visibles. Ce sera une tendance constante durant toute la progression de la découverte de cette technologie. Le fait de considérer que chaque avion doit apporter un plus par rapport au précédent va booster l’évolution.  Toutes les maquettes ou modèles présentés ici sont des prototypes d’étude. Ce sont des outils. Leur raison d’être est de voir si c’est possible, si cela fonctionne et si c’est vraiment très solide. Le temps passé en travail de finition sert à maintenir la part de rêve de chaque avion. C’est le moteur du fil rouge qui permet de ne pas se décourager devant l’énorme part de travail à fournir.  La fabrication d’un outillage,(c’est la partie la plus longue) pour un modèle est illogique si on ne réalise qu’un seul exemplaire. C’est pourtant souvent la règle depuis toutes ces années. Une tendance à la réutilisation des mannequins pour créer un autre modèle sera constante. Une petite modification, ou un ajout le permettra. Le temps de réalisation d’une pièce représente peu de chose par rapport au temps nécessaire au mannequin.


N°8…2006… PIPER J3 CUB civil

Un vrai bonheur cet engin (voir les vidéos) Solide, fiable, tolérant, il va être longtemps l’avion de mes vacances. C’est avec lui que j’apprendrai à voler dans les rabattants de vent. Le manque de sous couche de peinture blanche laisse voir par transparence les différences de couleur de bouteilles, et les équipements internes.


N° 9…2007… DECATHLON n°1

L’histoire de cet avion est particulière. Cet engin, après m’avoir rendu de bon services sera confié au bons soins de Serge. Il s’en servira à Nantes bien sûr, mais il l’emportera et le fera voler en Nouvelle Calédonie et aux USA. Ce petit schtroumph accepte tout et vole dans de tous petits endroits.

Ses 80 cm d’envergure permettent un logement simple dans les valises. Très bien motorisé et réactif, le vent n’est pas un problème pour lui. Beaucoup de collègues ont été surpris de voir dans quelles conditions météo, on avaient encore le culot de le faire voler.


N°10 2007 DECATHLON n° 2

Le petit frère du précédent sera construit en version allégée: 115 gr en ordre de vol. Un moteur perso de 8gr, un accu de 13gr. Il acceptera de voler en salle et dehors, mais avec moins de défense que le N°1

 


N°11…2007…FOCKKER E III mini

Des essais de poids minimum me feront construire cet engin.(105 grammes)  Il aura de bonnes performances, mais la recherche de simplification maximale pénalisera sa présentation. Dans mon imaginaire, ce sera un modèle réduit qui volera et non pas la maquette que j’aurais souhaité. Comparé aux modèles sortis fin 2013, il paraît bien simpliste. La fabrication de mes engins étant rapide, il ne volera pas beaucoup et sera vite remplacé. Je reconnais que cette excuse est un peu faible, mais pour ma part, je préfère rêver en pilotant.  Toutefois la contribution de ce petit appareil ne sera pas négligeable, car elle me permettra de cerner la taille minimum des fuselages que l’on peu réaliser avec des bouteilles sans utiliser les artifices qui en 2013 feront faire un bond considérable à cette technique…

Mais çà, c’est 2013, la suite de l’histoire.


N°12…2007 DECATHLON N°3

C’est un des frères décathlon avec 5cm de plus en envergure. Quelques correctifs et améliorations vont considérablement assagir ce petit monstre. Il deviendra à la fois plus tranquille et plus performant.



N° 13 …2007…DECATHLON N° 4

C’est Jean Paul qui s’en fait un. Pour une fois, les outillages servent à plusieurs avions. Nous vérifions de cette manière la rapidité et la faisabilité de fabrication de plusieurs engins. Nous constaterons aussi qu’il est très facile de modifier et personnaliser son modèle. Les outillages permettent facilement de créer des variantes.

N°14 …2007…DECATHLON N° 5

Il sera le dernier à être construit. Il est toujours possible d’en faire d’autres, mais nous avons valider ce que nous voulions savoir.  Ce système permet de réaliser beaucoup de modèles rapidement, même si aujourd’hui, en janvier 2014, certaines des solutions utilisées à cette époques sont en partie abandonnées. Leurs efficacité n’est pas en cause, mais les nouvelles pratiques sont plus simples, plus rapides ou font plus maquettes, surtout en ce qui concerne les dimensions et la présentation.

N°15…2007…OPIF

C’est le modèle réduit type des possibilités de la technique. Le paradoxe de cet avion est qu’il n’a pas été construit pour lui même. Bizarre, vous pouvez dire BIZARRE!. Nous avons utilisé différents outillages de modèles différents pour en faire une synthèse. Le but recherché n’était pas la réalisation d’un appareil particulier, mais la formation de GUY, un de mes nouveaux disciples au techniques du thermoformage. Je dois dire que le résultat est assez sympa et en plus cet engin vole bien. Admirez au passage la couleur faux bois réalisée par Guy sur le fuselage. Les recherches concernant la tenue de la peinture sur les bouteilles vont m'occuper un bon moment.

N° 16…2007…DEMOISELLE de SANTO DUMONT

Encore beaucoup de premières dans cet appareil, les roues à rayons avec des jantes réalisées en bouteille allaient ouvrir la porte à des pratiques surprenantes quant à la solidité et au réalisme des résultats obtenus.  J’aurais beaucoup de mal à centrer ce appareil, le bras de levier avant était trop court et les moteurs Brusless personnels sont très légers. Le récepteur et le contrôleur du moteur seront cachés dans les deux cylindre du moteur Darracq qui équipait à l’origine cet engin.


N° 17…2007… FOCKKER DR1 75cm

Mon premier triplan en essai ultra léger allait me faire passer par bien des doutes.  Je commençais à prendre conscience du besoin de pouvoir m’affranchir des dimensions des bouteilles. Elles étaient toujours trop grosses ou trop petites ou trop lourdes, mais la principale difficulté se rapportait toujours à la longueur utile. Cet avion volera bien, mais il restera «chatouilleux» quant au pilotage. C'est une règle, il me semble pour les DR1. Les vols répétés en salle et en extérieur auront rapidement raison de son lustre. L’aspect alvéolé de l'EPP utilisé pour les ailes commence à me déplaire pour le rendu maquette. A compter de ce jour je vais commencer à chercher des solutions pour éviter ce problème.


N°18…2007…MORANE H de Jean Paul

Pour Jean Paul c’était le second avion bouteilles. Il est réalisé en utilisant le mannequin de petit FOCKKER E III réalisé précédemment. Juste quelques modifications et un petit avion au look sympa venait grossir la troupe. Cet avion volera peu, il sera longtemps présent sur les étagères du club.

 



N°19…2007…DUMBO 1

Les premiers croquis et une partie du cahier des charges concernant cet appareil furent réalisés avec Jean Paul. Quel avion fallait- il réaliser, POUR RESISTER A TOUT, LORS DES VOLS EN SALLE. Au moment où nous démarrions cette recherche: (un avion lent et sécurisé pouvant être mis entre toutes les mains, pour voler en salle), j’étais très loin de m’imaginer des développements que prendraient ce projet. C’est devenu une sorte de second fil rouge, il y en a eu plus de 24 de réalisés. Bon nombre «des trouvailles techniques» employées aujourd'hui viennent des délires provoqués par cet appareil.  Bien que son fonctionnement fut correct dès le début, il n’a pas cessé d’avoir des petits frères. Chaque nouveau modèle se voit modifié et amélioré. Certains,..... très fatigués, sont complètement repris pour tester autre chose. C’est un phénix qui renaît spontanément alors que les anciens volent toujours. Il est arrivé d’avoir jusqu’à 8 Dumbos virevoltant en même temps dans le gymnase….on aurait dit des papillons.  Bien sûr les chocs sont très fréquents, et cela nous fait rigoler, mais ce n’est vraiment pas un problème pour ces appareils.  J’ai réalisé après coup que je ne possédais pas toutes les photos de ces avions, ils étaient devenus tellement présents que j’ai raté bien des occasions de faire des clichés.


N°20…2007 PIPER CUB de 85cm

Toujours dans ma phase allègement, et à la demande de Fabrice (un grand élève apprenti modéliste désirant de petits avions), je réalisais un petit frère à celui qui marchait si bien.  Le résultat fut assez bon, mais l'appréciation de mes yeux de 60 balais commençaient à avoir des problèmes dès que ce moucheron s’éloignait …et comme il était un peu rapide , cela arrivait souvent.  J’aurais tendance à peu m’en servir, son grand frère étant pour moi beaucoup plus confortable.

N°21…2007 DUMBO 2 C’est le Dumbo de Jean Paul.

Son goût pour la construction bois, et parce qu'il a du mal à croire à la tenue des bouteilles, va l’amener à faire des ailes en balsa. La leçon et la sanction ne se feront pas attendre... A chaque choc…. (rappelez vous qu’ils sont créé pour çà) ….la bouteille va plier et reprendre sa forme. Nous aurons beau mettre des cierges à EOLE, les pièces de bois, elles, seront toujours cassées.  Alors que les DUMBOS voleront toute l’après midi, cet hybride sera toujours arrêté pour quelque incident que ce soit. Bois et polyéthylène sont très difficilement compatible.

N°22…2007…MUSTANG P51

Ce petit engin (90cm) se révélera être un baroudeur. Il sera généreusement secoué, et les renforts internes des ailes devront être changés pour que les ailes cessent de plier dans les ressources. Très léger (220gr en ordre de vol), il se révélera être sur-motorisé par le petit moteur maison installé à bord.

 

N°23…2007…POLISH CS11

Cette reproduction du célèbre petit voltigeur est l’élégance en vol. Il me laissera un peu sur ma faim dans la mesure où je ne serais pas apte à exploiter toute la palette de ses performances. Extrêmement réactif, je ne comprendrais que bien plus tard qu’il fallait ne lui laisser que peu de débattements aux gouvernes. Le temps de piger çà, ne nombreux petit frères seront venus prendre la place.


N°24…2007…RENE LEDUC RL12 n°1

René Leduc est un constructeur Nantais. Il me paraissait intéressant d’essayer de reproduire ses avions. Celui là sera offert pour les 70 ans de Pierre Bouyer .  Pierre n’étant pas un adepte de la bouteille (sans jeu de mots), l’appareil volera peu. Je resterai néanmoins nostalgique de cet avion et le remettrai en chantier pour moi d’ici quelque temps.



N°25…2007 RENE LEDUC RL 20

 

Ce cas est particulier. Cet avion à été dessiné par René Leduc pour le record de vitesse dans les années 1930. Des impondérables ont fait qu’il a abandonné sa réalisation. Il ne fut donc pas construit.  Quand j’ai réalisé cette maquette, je n’avais pas encore à ma disposition ce que je sais faire aujourd’hui. Encore une fois la leçon.....: «IL NE FAUT PAS ALLER PLUS VITE QUE LA MUSIQUE.» J’ai aussi arrêté cet appareil car je ne voyais pas comment réaliser les trains rentrants.  Depuis les choses ont beaucoup évoluées, et je pense que d’ici quelques temps, lui, ou le suivant sera remis en chantier. Le fait que ce doit être un avion rapide, et difficile à piloter, m’ont également, à l'époque, pondéré dans cette opération.  Il n'en reste pas moins que l'on ne peut qu'admirer les lignes fuselées de cet appareil. Je reste persuadé que la vision de cet engin en vol doit être quelque chose d'impressionnant.  


N° 26…2007…NIEUPOT 11 Bébé 85 cm

Je dois reconnaître que si un avion avait la taille des rêves qu’il procure, pour moi celui ci serait ENORME. Ce petit bout de bouteille à eu la complaisance de voler très bien tout de suite….Le PANARD! Sa technologie avec des ailes en EPP est aujourd’hui dépassée, mais je l’emporte encore souvent à la salle. Il a eu le privilège d’être le premier avion avec les cylindres du moteur rotatif tournant avec l’hélice. Lancer des reproductions de cylindres à 8000 tours par minute sans retrouver ensuite ces pièces, un peu partout dans l’atelier, ne fut pas une mince affaire. Fou jusqu’au bout!!!, ces cylindres devaient pouvoir résister à un crash sans casser. Après des multitudes de destructions j’y suis arrivé. Cela m’a ouvert la voie pour la réalisation de tous les vieux avions D’AVANT 14, comme dirait le pépé que je suis. Par la suite la conception de ces reproductions va considérablement être améliorée.


N°27…2008…AVIONNETTE

Autre production d’un constructeur local. L’utilisation du mannequin du petit FOCKKER rendra sa construction rapide. Cet avion volera peu. Des débattements trop forts produiront des difficultés de pilotage. Après diagnostic, il sera trop tard, je serai passé à un autre avion.  C'est encore le mannequin du petit Fockker E III qui aura servi à réaliser le fuselage, en y ajoutant un petit additif.

N°28…2008…DUMBO 3

( le N°2 refondu de Jean paul) Autre tentative de mélange bois bouteilles…Les mêmes causes produisant les mêmes effets,..... après bien des modifications, il se verra équipé par des ailes plus solides, mais non conforme à la philosophie du concept. Nous auront la même suite d'échecs. Il sera repris plus tard par un élève de l'école du club, aidé par Michel, pour une refonte dans les standards.


N° 29…2008…DUMBO 4

Autre avion avec ailes balsa….Autre échec, cet essai de Jean paul était esthétique.


N°30…2008…Modification avant EASY GLIDER.

La réparation et motorisation d’un EASY GLIDER détruit, devient une chose très simple, avec la technologie bouteilles.


N°31…2008…PIPER MILITAIRE AMERICAIN

vu par Jean PAUL.  C’est le même modèle que mon piper 1m décrit précédemment, avec une décoration ad hoc. Jean paul adepte du bois se servira peu de ce modèle, mais il sera très regardé sur les étagères de l’école de construction du club. Si on ne sait pas que cet engin est construit en bouteilles, il est impossible de le deviner lorsque les peintures et décorations sont posées. La technique évolue vite, nos avions deviennent de plus en plus élaborés.  La question du temps consacré aux finitions est un des challenges de la recherche. Selon le choix des soins apportés, les modèles produits n’ont rien à envier aux produits du commerce… 

Si pourtant…une énorme de différence........ de solidité …...et surtout....... de coût

 

 

N°32…2008…PIPER MILITAIRE FRANÇAIS

Il devenait évident que les choses ne pouvaient pas en rester là... Il convenait de donner une réplique.  Cet avion vole bien, mais il aura contre lui d’être le quatrième PIPER que je possède. Je préfère en garder un, compte tenu de mes habitudes, qui ne soit pas trop maltraité pour les expositions.

 

N°33 N°34 …2008…MINIVOL

Changement de registre, ce modèle réduit est un mini dumbo de 100 gr en ordre de vol. Cela marche, mais il n’apporte rien de mieux que les DUMBO. De plus cela vole trop lentement, on s’ennuie. Il y en aura deux de produit pour des raisons de recherches d’allègement de structures.

N°35…2008 RENE LEDUC RL 21

Toujours le constructeur Nantais…  Il à battu plusieurs records du monde de vitesse dans les années 30 avec cet engin.  Ici je m’attaque à un sujet difficile, le fuselage est plus gros que les bouteilles.  Les formes sont très profilées et les chevauchements doivent être parfait. Grosse trouvaille concernant la reproduction des rivets et des vis en sur épaisseur sans ajouter de poids. Les carénages de roues seront difficile, ce sont également des premières fois.  Il vole très bien, mais le fait qu’il n’existe que le modèle réel au musée de Nantes, et aucune autre maquette, j’ai tendance à le préserver. Il est bien sûr de toutes les expositions. Je m’en construirais un autre bientôt. Le technique à ma disposition aura beaucoup évoluée d'ici là, je pense que sa structure interne sera très différente.  C’est tout pour l’année 2008, reconnaissez que c’est rapide à construire et que j’ai été productif.

N°36…2009…AVION R2

Pourquoi R2…POURQUOI pas? Ce sont mes initiales après tout! Ici nous revenons aux fondamentaux de recherches, il me faut trouver des réponses à l’évolution que peuvent prendre les ailes. Les DUMBOS ont déjà des nervures en bouteilles, mais quelles sont les variantes de rigidité possible? Ce sujet sera toujours d'actualité durant le suivi des constructions, puisque je veux m’affranchir de l’EPP. Il me faut savoir jusqu’où je peux aller. Cet avion vole très bien en indoor.

 

N°37…2009…WACO

de mon amis Joseph. Parti des pièces du second que j'avais fait, il a mis un peu de temps pour le mettre en l’air, mais le résultat est sympa. Il a eu une grande flemme de peinture, ce qui fait qu’il ressemble à celui que j’avais. Les bouteilles n’ont pas changé de couleur. Il s’en servira beaucoup, mais l'avion finira dans un étier de marais avec de l’eau salée. Pas de mal pour l’avion, mais l’électronique n’a pas vraiment apprécié. DUR DUR, la vie d’avion dans les marais de BOUIN.

N°38 …2009…DUMBO N° 5

Cette construction de Guy est remarquable de finition. A propos, juste comme çà, les ailes sont revêtues de film alimentaire peint…Admirez la performance du dégradé......Et c'est réalisé.....au pinceau!

N°39…2009…DUMBO N° 6

Une autre réalisation de Guy, avec une poutre de queue en forme de treillis. Il n’y a aucun point de colle, la queue est monobloc et ajourée….INDESTRUCTIBLE. Il va beaucoup souffrir, mais il vole encore parfaitement tous les mardi après midi, (nous sommes en 2014).

Au fait, pourquoi DUMBO?

Simple, les ailes sont construite pour se déformer en cas de chocs ou de torsions, (ce qui leur arrivent au moins 20 fois par séance). De ce fait, quand on met l’avion en survitesse, il bat des ailes mais sans jamais décrocher. Le pilote sait alors qu’il doit réduire les gaz. S’il ne le fait pas, cela n’a aucune importance, mais dans ce cas il ressemble au petit éléphant de DISNEY qui volait avec ses oreilles. Le flûtter ou vibrations des ailes, dues à la vitesse est catastrophique pour un avion. Généralement, il casse. J'ai eu du mal à inventer le système de limitation positif pour le garder en vol malgré les forts changements d'incidence des ailes. Pour DUMBO, cela n'a aucune importance, hormis le coté comique du vol.

Ce dispositif sera très perfectionné en 2013, et Dumbo n'aura plus que son nom.

N°40…2009…DUMBO 7

C'est DUMBO 3... avec beaucoup de modifications pour éviter la casse. Les essais de haubans et de train d’atterrissage renforcés n’ont rien donné de valide. Beaucoup de travail pour rien! Cet avion sera une suite d'échecs provoqués par du balsa contrarié. Il vaut mieux quelque chose de souple en cas de contact sévère. (Au singulier, là j’ai été sympa…non. ? Quoique pour ce modèle, un seul suffisait ) Après de grosses transformations, Dumbo reviendra dans les standards qui font son charme.

 

N°41…2009…AUTOGIRE

Dans la série des atteints de délirium tr-s très mince, je ne pouvais pas passer à coté de cette ch cho choose. Des difficultés notoires sont apparues pour piloter ce microbe. Le moteur perso Brusless ne fait que 6grammes, il est construit à partir d’un moteur de disque dur de portable…. Rigolez pas, à l’époque on ne trouvait pas toutes les chinoiseries qui nous sont maintenant facilement accessible.

C'est cela!........ Cela décolle,............ mais cela va où.......... cela veut.

Cela n’est pas coopératif …mais cela à été amusant. Bon!

Il est temps de revenir aux fondamentaux, comme disent pompeusement, ceux qui se prennent au SERIEUX.

N°41…2010…FOCKKER E IV

Là… on commence à attaquer du difficile. Les différentes échelles pratiquées ont révélées que pour les avions du défi, il convenait d’avoir une échelle suffisante pour pouvoir emporter les accessoires indispensables au spectacle. Ces équipements peuvent avoir un poids non négligeable, même en faisant les pieds au mur comme précise le dicton. Voler lentement, de manière réaliste, impose donc une confortable marge d’emport. Les petites ailes sont alors trop juste. Toutefois, les petits modèles par leur contraintes font avancer les trouvailles. Ce FOCKKER vole très bien, mais un peu trop vite, et ce, sans charge utile, donc copie à revoir.(EPP des ailes)

N°42…2010…FOCKKER TRIPLAN DR1 1 m

Même remarque pour ce DR1 que pour le FOCKKER EIV, la technique de réalisation des ailes est à revoir, elle est trop lourde. Pourtant, les recherches concernant l’aspect des ces ailes en EPP avaient résolu les problèmes de présentation.  Cet avion vole, mais sa vitesse (à vide) n’est pas celle désirée. Là aussi, il faut continuer les améliorations.  Ceci dit; cet avion a passé les tests de crash plein pot, en poireau sur le bitume, et les a très bien franchis.

Conséquences: on peut délibérément faire subir un crash violent, pour les besoins d’une reconstitution, à cet appareil sans problème majeur.

Deux minutes après, on est en mesure de recommencer, sans avoir eu de réparation à effectuer.

Voir les photos Magique ….NON?

N°43…2010…BEBE NIEUPORT 11

Dans la série des avions de défi, vous avez sûrement reconnu un des participants à cette affaire. Il est aux couleurs belges, comme mon ami SERGE, à qui j’ai confié le soin de le martyriser. Cet avion vole super bien, accepte des conditions météo difficiles, et subit des mauvais traitement à en faire fermer boutique à un marchand de bois. La photo est d'ailleurs explicite, quant à notre bonne volonté de nuisance. Forts de ces conclusions, nous avons pensé qu’il était possible.... qu’une opportunité.... de faisabilité s’offre à nous. Vous noterez la prudence........Même si nous sommes encore loin de maîtriser tous les axes nécessaires au défi, j’ai lancé la construction en série de 5 appareils pour tester le faisable des systèmes à embarquer. Il me faut reconnaître que l’avenir de ces modèles est sombre, ils vont être DELIBEREMENT MASSACRES

C’est ce qui dérange nos collègues, nous réalisons les plus beaux avions possibles, POUR LES CASSER.

Il convient de re-préciser que pour moi, ces modèles sont des prototypes et des outils de certification.

  • PROTOTYPES? ils permettent de valider que c’est possible et comment.
  • OUTILS, ils confirment que c’est solide et que cela tient, mais pour savoir çà, il faut essayer.
  • Après les mauvais traitements VOLONTAIRES, on construira les avions définitifs destinés au défi.

On aura alors la certitude de pouvoir tenir ce que l’on dit. Ou du moins on aura la conscience d’avoir tout fait pour.

Ici s'arrête la première partie de l'aperçu des avons réalisés. J'espère vous avoir distrait,.....à défaut d'être convaincu. La suite est ici.